Deconstructing Culture Towards an Interactional Triad

Albin Wagener (1)
(1) PRES L'UNAM, CoDiRe, Université Catholique de l'Ouest, France, France

Abstract

How may culture be defined? Numerous works and important contributions have been answering this crucial question for the past thirty years; yet the problem remains unsolved. When taking a close look at ‘intercultural communication’, we may see that some utterances might not be thatcultural at all. If we have a clear definition of ‘intercultural communication’, then what is ‘intra-cultural communication’ (Winch 1997, Ma 2004)? Is there really a sharp difference between these two concepts and is miscommunication necessarily ‘cultural’ when implying individuals or groups from alleged different cultural backgrounds? We will study various examples and try to separate the cultural from the non-cultural by taking a close look at intercultural and intra-cultural miscommunication, insofar as their definitions seem to ultimately cover the same conceptual maps. After this first step, we will deconstruct the concept of culture, as it has been defined by scholars in various research fields over the last decades; we will thus see that culture might not be a set of shared values or behaviours (Knapp & Knapp-Pothoff 1990; Scollon & Wong Scollon 2001): culture may only be a very personal variable of a complex, strangely organized and experimental toolbox (Kay 1999) which would constitute a product of our education, psychology, social encounters and language and would only remain activated through particular contexts. This exploration will eventually be followed by a proposal for a redefinition of ‘culture’ as a concept, based on interactional pragmatics, contextics (Castella 2005) and a triadic declension of this very concept with three notions: bathyculture, dramaculture and osmoculture.

Full text article

Generated from XML file

References

Agar, M. (1994). Language Shock: Understanding the Culture of Conversation. New York: HarperCollins.

Camilleri, C. (1989). La culture et l’identité culturelle: champ notionnel en devenir, in Chocs de cultures: concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, ed. Carmel Camilleri and Margalit Cohen-Emerique, 21-76. Paris: L’Harmattan.

Castella, P. (2005). La différence en plus. Paris: L’Harmattan.

Conein, B. (1998). Les sens sociaux : coordination de l’attention et interaction sociale. Intellectica, 1/2, 26/27, 181-202. DOI: https://doi.org/10.3406/intel.1998.1576

Cyrulnik, B. (1995). De la parole comme d’une molécule. Paris: Eshel.

De Pembroke et Montgomery, E. (1996). Vers une pédagogie de la communication interculturelle. Paris: ANRT.

Demorgon, J. (2004). Complexité des cultures et de l’interculturel. Paris: Anthropos.

Dewaele, J.-M. (2002). Variation, chaos et système en interlangue française, in Appropriation de la variation en français langue étrangère, ed. Jean-Marie Dewaele et Raymond Mougeon, AILE, 17. DOI: https://doi.org/10.4000/aile.1030

European Council (2008). White Paper on Intercultural Dialogue.

Frijda, N. (2003). Passions : l’émotion comme motivation in Les émotions. Cognition, langage et développement, ed. Jean-Marie Colletta and Anne Tcherkassof, 15-32. Sprimont: Mardaga.

Goodenough, W. (1964). ‘‘Cultural Anthropology and Linguistics’’, in Language in Culture and Society. A Reader in Linguistics and Anthropology, ed. Dell Hymes. New York: Harper & Row.

Heringer, H.J. (2004). Interkulturelle Kommunikation. Grundlagen und Konzepte. Tübingen: Francke.

Hall, E.T. (1980). The silent language. Santa Barbara: Greenwood Press.

Hofstede, G. (2001). Culture’s Consequences: comparing values, behaviors, institutions, and organizations across nations. Thousand Oaks: Sage.

Kay, P. (1999). Intra-speaker Relativity, in Rethinking linguistic relativity, ed. John Gumperz and Stephen Levinson, 97-114. Cambridge: Cambridge University Press.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1996). La conversation. Paris: Seuil.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1998). Les interactions verbales. 3/ Variations culturelles et échanges rituels. Paris: Armand Colin.

Knapp, K., Knapp-Pothoff, A. (1990). Interkulturelle Kommunikation. Zeitschrift für Fremdsprachenforschung, 1, 62-93.

Loveday, L. (1986). Explorations in Japanese Sociolinguistics. Amsterdam: John Benjamins. DOI: https://doi.org/10.1075/pb.vii.1

Lüsebrink, H.J. (2005). Interkulturelle Kommunication. Stuttgart: Metzler. DOI: https://doi.org/10.1007/978-3-476-00046-0

Ma, L. (2004). ‘‘Is there an Essential Difference between Intercultural and Intracultural Communication?’’, Journal of Intercultural Communication, 6.

Meunier, J.-P. (2003). Approches systémiques de la communication. Bruxelles: De Boeck. DOI: https://doi.org/10.3917/dbu.meuni.2003.01

Nakai, F. (2002). ‘‘The Role of Cultural Influences in Japanese Communication: A Literature Review on Social and Situational Factors and Japanese Indirectness’’, Intercultural Communication Studies, Intercultural Communication Institute, Kanda University of International Studies, 14, 99-122.

Peirce, C. S. (1998). The Essential Peirce, Selected Philosophical Writings, Volume 2 (1893–1913). Bloomington and Indianapolis: Indiana University Press.

Scollon, R., Wong Scollon, S. (2001). Intercultural Communication. Oxford: Blackwell.

Sirota, A. (1998). Des espaces culturels intermédiaires. Revue internationale de Psychosociologie, 9, 91-107.

Spencer-Oatey, H. (2008). Culturally Speaking. Culture, communication and politeness theory. London: Continuum.

Wagener, A. (2008). Cercles vicieux : rôles de l’identité dans l’émergence du conflit conversationnel, in Individual and Specific Signs. Paradigms of Identity in Managing Social Representations, ed. E. Bonta and A.-G. Romedea, 485-492. Bacău: Alma Mater.

Wagener, A. (2009). On Intercultural Disagreement: Interaction and Inertia, in Pragmatics applied to Language Teaching and Learning, ed. R.G. Moron and M. Padilla Cruz, 256-279. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars Publishing.

Wagener, A. (2010). Entre interculturalité et intraculturalité : pour une redefinition du concept de culture, in Regards critiques sur la notion d’interculturalité, ed. P. Blanchet and D. Coste, 29-58. Paris: L’Harmattan.

Winch, P. (1997). Can We Understand Ourselves?. Philosophical Investigations, 20 (3), 193-204. DOI: https://doi.org/10.1111/1467-9205.00038

[i] « Les femmes se plaignent des services et les hommes s’en plaignent par solidarité avec leur épouse. ‘Les techniciens et les livreurs ne précisent pas l’heure, ni même parfois le jour. Nous y sommes habitués et nous ne sommes plus impatients, mais c’était très difficile pour ma femme au début’. (…) Une seule chose continue de les choquer : le fait que l’interlocuteur ne s’excuse pas. Alors ce comportement est qualifié d’incroyable et d’incompréhensible. Ce n’est donc pas tant le retard qui est source de frustrations, mais le manque de respect exprimé par cette attitude. En effet, au Japon encore davantage qu’ailleurs, la ponctualité est révélatrice de la considération accordée à la personne. Or, s’il existe un pays où le client est roi, c’est en tout premier lieu au Japon. (…) Pour les femmes japonaises, le lieu des achats est un des domaines où elles dominent et où elles ont le pouvoir. Se voir refuser cette prérogative, c’est tout simplement avoir l’impression de ne plus compter. Ce manque de respect est particulièrement blessant, car il touche à leur identité. Certaines femmes expatriées japonaises (…) ont affirmé avoir tout simplement perdu leurs moyens et fondu en larmes au cours d’un de ces malentendus », our translation.

[ii] In our University (Université Catholique de l’Ouest), a Centre for French Studies (CIDEF) welcomes students from all over the world (mostly Asia and America) and especially Japanese students who remain keen to participate in any kind of social activity and answer questions for research purposes.

[iii] « l’observateur participe à la création de ce qu’il observe », our translation.

[iv] Institut de Recherche sur l’Implication de la langue des Signes française.

[v] « trois en portugais, cinq en japonais, six en tamoul ou en coréen – cette langue possédant également plusieurs formes pour l’autodésignation, qui est en français condamnée au seul ‘je’ », our translation.

[vi] « einen mehr oder weniger gemeinsamen Kern an Weltbildern, Wertvorstellungen, Denkweisen, Normen und Konventionen », our translation.

[vii] « La culture est l’ensemble plus ou moins fortement lié des significations acquises les plus persistantes et les plus partagées que les membres d’un groupe, de par leur affiliation à ce groupe, sont amenés à distribuer de façon prévalente sur les stimuli provenant de leur environnement et d’eux-mêmes, induisant vis-à-vis de ces stimuli des attitudes, des représentations et des comportements communs valorisés, dont ils tendent à assurer la reproduction par des voies non génétiques », our translation.

[viii] « La culture, au sens anthropologique, désigne ce qui équipe les individus de capacités de vivre, de penser et d’agir de façon adaptée au monde qui les environne et qui leur donne des capacités de transformation créatrice d’eux-mêmes et du monde. Par la culture, l'individu est dotéd’un appareil à penser et se représenter la société, sa place et son rapport à celle-ci, ainsi que les relations des individus entre eux. La culture donne à l’individu la capacité de communication avec son environnement, et, par un travail et des techniques partagés avec d'autres, elle lui permet une intégration sociale. L’être humain cherche l’autre, le groupe, la société pour réaliser, par construction culturelle, ce qu’il ne peut produire seul étant donné son incomplétude, fondatrice de l’humanité », our translation. Through the expression « non genetic ways », Camilleri does mean a reproduction which is not a simple duplication, but a real reformulation which might be subject to contextual variables.

[ix] « construit, diversement codé, pour être partagé entre les membres d’une même société », our translation.

[x] This may at least be the case for structuralist linguistics or even cognitive linguistics.

[xi] « Nous pouvons tous fournir après coup des explications à propos de nos conduites lorsqu’on nous demande de les justifier. Mais lorsqu’il s’agit d’actes que nous n’avons pas appris de manière formelle, comme la manière de nous distribuer dans l’espace, et qu’on nous demande de justifier notre conduite, nous ne l’expliquons pas, mais nous faisons intervenir l’émotion, l’esthétique, la morale, la philosophie, dans des formulations qui n’ont rien à voir avec le phénomène », our translation.

[xii] « Une serveuse pakistanaise, qui travaille au restaurant self-service pour hauts employés de l’aéroport Heathrow à Londres, doit pour certains plats demander si les invités souhaitent avoir plus de sauce. Pour ce faire, elle dit simplement ‘sauce’. Peu de temps après déjà, certains clients se plaignent à propos de la serveuse, qui serait tout à fait impolie – ce qui serait typique pour ces immigrés venus d’Asie. Ces plaintes sont transmises à la serveuse. Elle ne comprend pas ce qui se passe. Elle fait son travail comme tous les autres. Elle ne sait pas ce que son comportement aurait d’impoli. Elle ne change pas son comportement. Elle continue de demander de la même façon si les invités souhaitent avoir encore de la sauce pour leur repas. Les plaintes recommencent. Le syndicat s’en mêle. S’ensuit un climat de travail tendu », our translation.

[xiii] « [La contextique] regarde les complexités comme des systèmes en équilibre relativement aux interactions des éléments qui le composent. Il correspond à des structures sociales de type coopératif, sans hiérarchie, puisque, de ce point de vue, il n’y a pas d’instance première. Ce modèle n’est pas causaliste. Il explique ce qui se passe par les interactions entre les éléments du système, sans leur attribuer de cause », our translation.

[xiv] « Eine Kultur ist eine Lebensform. Kultur ist ein Objekt besonderer Art. Wie Sprache ist sie eine menschliche Institution, die auf gemeinsamem Wissen basiert. Kultur ist enstanden, sie ist geworden in gemeinsamem menschlichen Handeln. Nicht, dass sie gewollt wurde. Sie ist vielmehr ein Produkt der Unsichtbaren Hand. Sie ist ein Potenzial für gemeinsames sinnträchtiges Handeln. Aber das Potenzial zeigt sich nur in der Performanz, im Vollzug. Und es ist enstanden über Performanz », our translation.

Authors

Albin Wagener
albin.wagener@gmail.com (Primary Contact)
Author Biography

Albin Wagener, PRES L'UNAM, CoDiRe, Université Catholique de l'Ouest, France

Dr. Albin Wagener, Doctorat (French Ph. D. equivalent)
Current Status: Dean of the Institute for Linguistics and Foreign Languages (IPLV) of the Université Catholique de l’Ouest, Angers, France.

Wagener, A. (2012). Deconstructing Culture Towards an Interactional Triad. Journal of Intercultural Communication, 12(2), 1–08. https://doi.org/10.36923/jicc.v12i2.600

Article Details

Smart Citations via scite_
Views
  • Abstract 107
  • Download PDF 27